Laitue matinale

Laitue matinale

i 7 avr 2019 Pas de commentaires par

LIONEL LEHOUILLIER
DILLON ORR

Lionel Lehouillier Dillon Orr

Laitue matinale : traduction libre de l’ex-pression shakespearienne « salad days » d’Antoine et Cléopâtre.
[C’est l’histoire de Dillon.] C’est l’histoire de Cléopâtre, qui regrette ses jours d’innocence.
« Green in judgement, cold in blood ». C’est l’histoire d’Antoine, de sa naissance, de la mort de Cléopâtre.
[C’est l’histoire de Dillon.] C’est l’histoire de Lionel et de son petit garçon intérieur qui joue dans le driveway. Du jour où celui-ci a pris sa place dans le monde.
Où tout est devenu compliqué.

Extrait

« Vous la mettez en sandwich ou en salade presque quotidiennement. Mais vous ne vous aventurez jamais au-delà des deux types de base, c’est-à-dire iceberg et romaine.
Vous ignorez peut-être qu’il existe des centaines d’hybrides – à tel point que vous pourriez manger une laitue différente chaque jour, et ce, pendant presque un an.
Vous aurez peut-être aussi compris qu’il s’agit ici d’une métaphore et que nous ne voulions pas vraiment vous parler du binarisme de vos plats d’accompagnement. »

Une lecture réalisée en collaboration avec l’Association des théâtres francophones du Canada et Zones théâtrales.


Mise en lecture : Matt Miwa
Interprétation : Lionel Lehouillier, Dillon Orr

Les artistes tiennent à remercier Vincent Mousseau, Émanuel Dubbeldam et Alexander Mark pour leur témoignage

Mouthpiece

i 7 avr 2019 Pas de commentaires par

Traduction – Toronto

AMY NOSTBAKKEN
NORAH SADAVA
Traduit par
MARIE-ÈVE MILOT
MARIE-CLAUDE SAINT-LAURENT

Amy Nostbakken et Norah SadavaMarie-Ève Milot et Marie-Claude Saint-Laurent

Mouthpiece est une incursion crève-cœur  et pleine d’humour dans la psyché féminine. Le récit marque une journée dans la vie d’une femme au lendemain du décès de sa mère, alors qu’elle essaie de retrouver sa voix. Entrelaçant des harmonies a cappella, des dissonances, des mots et des corps, des performeuses incarnent les conflits qui coexistent à l’intérieur de cette femme. À la fois tendre et impitoyable, la pièce devient une enquête rigoureuse de sa propre condition.

Une lecture soutenue par la Fondation Cole.


Texte : Amy Nostbakken, Norah Sadava
Mise en lecture :
Marie-Ève Milot, Marie-Claude St-Laurent
Interprétation : Frédérike Bédard, Marie-Ève Milot, Marie-Claude St-Laurent

 

Zahgidiwin / Amour

i 7 avr 2019 Pas de commentaires par

Traduction – Winnipeg

FRANCES KONCAN
Traduit par
GABRIELLE CHAPDELAINE

Frances KoncanGabrielle Chapdelaine

Zahgidiwin / amour est une comédie noire sur les traumatismes, le génocide et la décolonisation dans une ère de vérité et de réconciliation. Utilisant la culture du Canada colonial contemporain, la pièce s’articule autour de trois périodes de l’histoire canadienne : y figurent un pensionnat des années 60, un sous-sol de meurtrier des années 90 et un château provenant d’un avenir post-apocalyptique. À travers un kaléidoscope de styles théâtraux, la pièce explore les ramifications des traumatismes intergénérationnels et cherche ce à quoi une nation et un théâtre décolonisés pourraient ressembler.

Une lecture soutenue par la Fondation Cole.


Texte : Frances Koncan
Traduction : Gabrielle Chapdelaine
Mise en lecture :
Solène Paré
Interprétation : Sofia Blondin, Sébastien Dodge, Soleil Launière, Dominique Pétin

Faux-amis

i 7 avr 2019 Pas de commentaires par

ALEXIS DIAMOND
HUBERT LEMIRE

Alexis Diamond Hubert Lemire

Vendredi 24 décembre. L’heure est grave. Saydie, coordinatrice montré-alaise d’une boîte de jeux vidéo, est à Québec. Sa mission : récupérer les figurines que Nicolas, jeune sculpteur indomptable, tarde à livrer, et les amener à Toronto aussi vite que possible. Voyager ensemble de la Capitale-Nationale vers la Ville-Reine devient le seul compromis envisageable, mais le temps des Fêtes étire dangereusement le périple. Faux-amis est un huis clos sur fond de road trip qui raconte la hiérarchie sociale, les conflits culturels et linguistiques, le territoire canadien et, sans doute, un amour naissant.

Extrait

NICOLAS.  Dans Amigo Express, quand on demande d’aller pisser, y arrêtent.
SAYDIE.  Sorry to say, on n’est pas des amigos, my friend.
NICOLAS.  Estie, je t’ai donné 20 piasses pour le gaz.
SAYDIE.  En français on dit essence.


Texte : Alexis Diamond, Hubert Lemire
Mise en lecture :
Dayane Ntibarikure
Interprétation : Éloi ArchamBaudoin, Benoit Landry, Kathleen Stavert

Alley-Oop

i 7 avr 2019 Pas de commentaires par

Lecture jeune public – 9-10 ans

LES ÉLÈVES DE 6e ANNÉE  DE L’ÉCOLE SAINT-GRÉGOIRE-LE-GRAND

Éric Noël

Au basketball, l’Alley-oop consiste à reprendre une passe en vol pour aller dunker, c’est-à-dire mettre le ballon directement dans le panier. L’action est spectaculaire puisqu’elle demande une synchronisation parfaite entre le passeur et le dunkeur.

Alley-oop, ce sont cinq courtes pièces écrites par les élèves de la classe de 6e année de madame Nadia Benamar, à l’école Saint-Grégoire-Le-Grand, dans Villeray. Rédigés lors d’ateliers d’écriture dirigés pendant l’année scolaire, les textes sont à l’image de ces jeunes: vifs, rapides, agiles et épatants. Témoignant avec une lucidité d’un monde compétitif, souvent sans pitié, les personnages de leurs pièces doivent apprendre à s’unir et à faire fi de leurs différences pour se démarquer, dribbler, avancer… et gagner leurs batailles.

Un projet de médiation culturelle soutenu par la Caisse Desjardins de Rosemont – La Petite-Patrie.


Textes : Samuel, Michael, Nickelçon, Lyna, Hana, Brittney, Malak, Jawad, Abdelrahmène, Yasser, Chloé, Patrick, Hanane, Lamis, Marven, Rodrigo, Mouhoub
Ateliers d’écriture : Éric Noël
Mise en lecture : Gaétan Paré
Interprétation : Chloé Barshee, Jeremy Cabrera, Lamia Benhacine, Etienne Blanchette

Champion

i 7 avr 2019 Pas de commentaires par

MAXIME CHAMPAGNE

Maxime Champagne

Moi, Maxime Champagne, auteur dramatique, j’ai pris mon courage à deux mains et j’ai décidé d’écrire une pièce de théâtre documentaire sur ma passion : la lutte professionnelle. Après des mois à recueillir des témoignages, tout a changé quand j’ai découvert par hasard que Dave, mon voisin de duplex, était le lutteur champion d’Hochelaga. Je me suis dit : j’ai mon sujet. J’ai mon héros. Reste à trouver un ring et à déterminer qui va jouer le heel et qui va jouer le face…

Extrait

PAT LAPRADE, HISTORIEN DE LA LUTTE. −Le premier show indépendant de lutte que j’ai vu au Québec, c’était à la Brasserie 99, sur Hochelaga. J’étais habitué de voir les shows au Forum pis au Centre Bell. Mais à la Brasserie 99, c’est gros comme ma chambre, pis t’étais vraiment à côté de l’action. Pis je me rappelle du lutteur Steven le Sweet Boy qui prend le micro pis qui dit…

STEVEN. −« Moi, je viens d’Hochelaga. »

PAT LAPRADE. −Pis moi, en petit gars d’Hochelaga, je me mets à crier : « yeah ». Lui me regarde :

STEVEN. −« Toi, ta yeule ».


Texte : Maxime Champagne
Mise en lecture : Justin Laramée
Interprétation : Olivier Aubin, Félix Beaulieu-Duchesneau, Julie Carrier-Prévost, Rose-Anne Déry,  Tommy Joubert, Francis La Haye, Martin Rouleau
Lutte : Marc-André Bélanger, Benjamin Tull

Yalla !

i 7 avr 2019 Pas de commentaires par

SONIA RISTIC

Sonia Ristic

De part et d’autre de la frontière libano-israélienne, un adolescent palestinien et une soldate de Tsahal se font face. L’adolescent a une pierre à la main, la soldate le tient en joue. À quoi pensent-ils durant ce temps suspendu ? Que se diraient-ils s’ils pouvaient se parler ? Deux monologues intérieurs s’entrecroisent durant ce face-à-face d’une grande intensité.

Extrait

« Ce sont de vieilles histoires, petit, tu n’y comprends rien. Même la poussière sur mes godasses, elle est à nous. Dieu nous l’a donnée ; ils ne t’ont pas dit ça ? Ils ne t’ont pas raconté que nous n’avons rien pris, que c’était à nous, que tout cela nous a été promis, que c’est écrit dans le Livre ? »

Paroles croisées, ce sont 9 adolescent·e·s réuni·e·s en comité de lecture afin de déterminer un·e lauréat·e en fonction des textes de la francophonie internationale qui leur sont soumis.
Une lecture coproduite avec le Théâtre bluff, et soutenue par le Consulat général de France, le Ministère de la Culture et des Communications, la ville de Laval et la Banque TD


Texte : Sonia Ristic
Mise en lecture :
Jean-Simon Traversy
Interprétation : Shauna Bonaduce,  Harou Davtyan
Comité Paroles croisées* : Benjamin Beriau, Catherine Complaisance, Alexandra Frizado, George Hely, Camille Lavoie, Pascale Lévesque, Arialys Reinoso, Fadi Sanaan, Fabiola Valera

Chansons pour le musée

i 7 avr 2019 Pas de commentaires par

Lecture jeune public – 9-12 ans

KARINE SAUVÉ
en collaboration avec
DAVID PAQUET
NICOLAS LETARTE

Karine SauvéDavid PaquetNicolas Letarte

Une femme en crise, Karine-pas-Sauvée, consulte un psyquelette – ostéopathe de l’âme aussi réputé qu’excentrique –, qui lui prescrit de s’infiltrer au musée la nuit afin d’aller chanter pour des œuvres choisies. Ainsi débute un cheminement d’introspection aussi douloureux que vivifiant. Mettant en lumière les périodes de passages à vide, Chansons pour le musée insiste surtout sur le pouvoir salvateur de la relation à l’autre, que ce dernier soit humain, squelette ou œuvre d’art.

Extrait

J’ai l’impression d’être suspecte, de faire un mauvais coup. Toujours demander la permission m’exténue. Mais quand même, je le fais. Mais toujours, je le fais.
(En intimité avec des œuvres de Shary Boyle – Exposition Terriens à la Galerie de l’UQAM.)


Écritures, mise en lecture et  interprétation : Karine Sauvé, Nicolas Letarte, David Paquet
Conseillère à la mise en lecture :  Anne-Marie Guilmaine

Miranda & Dave recommencent encore

i 7 avr 2019 Pas de commentaires par

Traduction Toronto

RHIANNON COLLETT
Traduit par
ÉRIC NOËL

Rhiannon CollettÉric Noël

Miranda fait le deuil d’une chose innommable qui se manifeste par l’organisation méticuleuse d’une archive de culottes sales. Son chum Dave traque des femmes dans la rue – mais juste expérimentalement. Sa petite sœur Eden, 16 ans, est en fugue après une fellation dans un placard à balais qui a mal tourné. Est-ce que c’est la fin ou simplement le commencement ?

Extrait

Eden.

Tu agrippes ma tête par-derrière et là je comprends.
Là je comprends, c’est en train de se passer et je suis à genoux
J’ai mal
Je suis à genoux sur le plancher du lab de science.
Local 112
d’ici je peux voir que Sarah a laissé son étui à crayons sur le plancher au fond de la classe
Tu gémis
Plus vite, plus vite, oui
Faut vraiment que je lui dise qu’elle l’a oublié.
Ses parents lui achètent toujours des super beaux crayons.
Tu agrippes ma tête
Sans les dents, fille, OK ?
T’es entre mes dents et dans mes cheveux et jusque dans mon nez
Le cœur me lève.
Zip.
Je me demande si je vais avoir un A en biologie.

Une lecture soutenue par la Fondation Cole.


Texte : Rhiannon Collett
Traduction : Éric Noël
Mise en lecture : Sophie Cadieux
Interprétation : Florence Blain Mbaye, Guillaume Laurin, Leila Thibault-Louchem

Papa

i 7 avr 2019 Pas de commentaires par

Lecture du texte lauréat de l’Égrégore*

MATHILDE EUSTACHE

Mathilde Eustache

C’est difficile pour une fille de dire à son père qu’elle l’aime, alors elle lui écrit, parce que comme son père – elle a ben d’la misère à partager ses émotions en face-à-face. C’est difficile pour une fille de voir que son héros a des failles. C’est difficile pour une fille de voir que son papa n’est pas immortel. Alors papa, je t’ai écrit tout ce que je n’arrivais pas à te dire.

*L’Égrégore est un concours d’écriture dramatique organisé par le Réseau intercollégial des activités socioculturelles du Québec.

Extrait

PAPA, 7 ANS. − J’ai fait un rêve. J’avais… heu, j’étais un… un oiseau. Un petit oiseau, comme ceux qui mangent des petits fruits dans les arbustes. J’étais un oiseau et je volais haut, haut, haut. Mais je n’avais pas peur, parce que j’étais un oiseau, et les oiseaux, ils n’ont pas le vertige. Et puis je volais, et j’ai vu maman, et mes frères et sœurs.


Texte : Mathilde Eustache
Mise en lecture : Isabelle Leblanc
Interprétation : Sofia Blondin, Fayolle Jean Jr, Papy Mbwiti, Widemir Normil, Rodley Philogène-Pitt, Jobel Simo-Paris, Sophie Vajda