17e Festival du Jamais Lu
du 4 au 12 mai 2018

au Théâtre Aux Écuries
7285 rue Chabot, Montréal

Surveillez le dévoilement de la future programmation le 3 avril prochain, 16h, au Théâtre Aux Écuries !

Sous la codirection artistique de

Marcelle Dubois
Marcelle Dubois

Solène Paré

 

 

 

 

 

 

Petit dialogue entre les codirectrices artistiques de la 17e édition du Jamais Lu Montréal : 

MARCELLE

Bonjour Solène,

Au coeur de ma réflexion pour la prochaine édition du Jamais Lu, il y a l’envie de continuer à tourner le regard vers la suite, ce qui vient, ceux et celles qui viennent, ceux et celles qui, par leurs actions et leurs oeuvres, définiront la prochaine décennie. Dans mes réflexions pour le prochain Jamais Lu, il y a toi. Toi, qui arrive au monde artistique avec une foule de réflexions salutaires. Avec un oeil de metteure en scène, et une fibre littéraire. Toi, qui a 13 ans de moins que moi. Toi, avec qui j’ai envie de faire un duo. Voilà, je te le demande simplement :

Solène, voudrais-tu être ma co-directrice artistique du 17e Jamais LU?

SOLÈNE

Bonjour Marcelle,

Ta proposition me fait grand plaisir : il y a tant à dire suite à une année comme 2017 et j’ai l’impression de le Jamais Lu est un festival de textes puisant à même le contexte politique et social dans lequel ils sont lus. Je brûle de co-diriger l’édition d’une année aussi particulière :

Sur le plan mondial, je pense à l’investiture d’un suprémaciste-blanc-on-ne-peut-plus-misogyne comme président des États-Unis, à la menace d’une guerre nucléaire, à la crise catalane… Une année où, pour citer Naomi Klein « dire non ne suffit plus ». Cette même année qui aura vu la naissance du #MeToo, de plusieurs manifestations importantes contre la culture du viol, de prises de parole fortes du Black Lives Matter. En sol montréalais : l’élection de Valérie Plante. Dans le milieu théâtral : la création du groupe F.E.T (Femmes pour l’équité en théâtre) et tout bientôt, le renouvellement de la politique culturelle…

J’ai beaucoup d’envies. Je sens qu’il nous reste tant de voix à entendre.

Diplômée en études théâtrales à l’UQÀM (2013) puis en mise en scène à l’École nationale de théâtre (2016), Solène Paré s’intéresse aux œuvres hybrides contemporaines et nourrit sa pratique de metteure en scène à même les arts plastiques et les gender studies. Depuis son Quartett de Heiner Müller qu’elle présente à l’ÉNT pour clore sa formation, elle adapte et met en scène La Cloche de Verre d’après Sylvia Plath au théâtre Prospéro (2017). Avec Fantôme, compagnie de création (qu’elle co-fonde en 2017), elle travaille présentement sur un projet unissant théâtre et cinéma d’animation.