Vendre ou rénover : combat théâtral autour des classiques de la dramaturgie

13 et 14 décembre 2017 – 20h
au Centre du Théâtre d’aujourd’hui

Réserver un billet

On dit souvent que la jeunesse veut faire table rase de ce qui la précède. Qu’elle doit tuer son père pour exister par elle-même. Et pourtant, cette jeunesse est portée, construite, inspirée par ceux qui ont fait l’Histoire. Au cours de deux soirées, huit duos d’auteurs s’affronteront autour de la grande question : répertoire ou création ? Dans un camp, ceux qui veulent rénover, c’est-à-dire monter le répertoire ; dans l’autre, ceux qui veulent vendre, c’est-à-dire s’affranchir des classiques. Chacun usera de toutes ses capacités pour convaincre critiques ou directeurs artistiques. Mais au final, le sens des mots et l’amour de l’art seront les grands gagnants de ce combat théâtral ludique !

Les combats

13 DÉCEMBRE
Jocelyn Pelletier et Philippe Boutin combattront autour de La déposition d’Hélène Pedneault ;
Isabelle Hubert et Mathieu Gosselin, autour de Les oranges sont vertes de Claude Gauvreau ;
Marianne Dansereau et Édith Patenaude, autour de Le temps sauvage d’Anne Hébert ;
Sarah Berthiaume et Justin Laramée, autour de Le bateau que Dieu sait qui avait monté et qui flottait comme il pouvait, c’est-à-dire mal de Alain Pontaut ;

14 DÉCEMBRE
Olivier Choinière et Olivier Arteau, autour de Tête à tête, de Jean-Pierre Ronfard ;
Steve Gagnon et Marie Louise Bibish Mumbu, autour de Au cœur de la rose de Pierre Perrault ;
Guillaume Corbeil et Joëlle Bond, autour de Cocktail de Yvette Mercier-Gouin ;
Rébecca Déraspe et Catherine Chabot, autour de La terre est trop courte Violette Leduc de Jovette Marchessault ;

Plus qu’un hybride entre le ring littéraire et le talk-show un peu ringard, ce combat interroge la tendance du théâtre québécois à créer les textes et à ne plus jamais les remonter, comme si tout avait été dit. Dans l’optique d’un répertoire national vivant, sachant comment le temps de scène se fait rare et que le répertoire est toujours en compétition avec la création, quels textes mériteraient de remonter nos scènes?  Pourrait-on par exemple se permettre de redonner vie à des textes empreints de sexisme ou de racisme de leur époque ? Ou encore, existe-t-il des perles oubliées dans notre dramaturgie qui éclaireraient davantage l’évolution de notre société ? Pourquoi enseigne-t-on une œuvre plutôt qu’une autre dans les cours de littérature ? Choisir, c’est écrire notre Histoire.


Une coproduction du Jamais Lu, du Centre du Théâtre d’Aujourd’hui et de Nous sommes ici
Mise en scène et animation : Alexandre Fecteau
Auteurs combattants : Olivier Arteau, Joëlle Bond, Sarah Berthiaume ,Philippe Boutin, Catherine Chabot, Olivier Choinière, Guillaume Corbeil, Marianne Dansereau, Rébecca Déraspe, Steve Gagnon, Mathieu Gosselin, Isabelle Hubert, Justin Laramée, Marie Louise Bibish Mumbu, Édith Patenaude, Jocelyn Pelletier
Juges : Sylvain Bélanger, Mario Cloutier, Manon Dumais, Martin Faucher, Brigitte Haentjens, Stéphane Leclair, Anne-Marie Olivier, Émilie Perreault