Simon Grangeat
 

Simon Grangeat

En 1998, Simon Grangeat participe à la fondation de Traversant 3, équipe de création pluridisciplinaire jeune public. Il mène d’abord un double parcours d’écriture et de mise en scène, avant de se consacrer exclusivement à l’écriture.

Il alterne les créations jeune public (Entre les herbes folles , Un Caillou dans la botte, Le Grand Yaka, Sous mes yeux) avec des textes destinés aux adultes (Faut-il désespérer du monde ou mourir en riant ?, T.IN.A.- Une brève histoire de la crise, Terres Closes, Un coeur Moulinex). Son écriture adulte s’appuie sur une phase de documentation et de recherche approfondie, tout en essayant ensuite de trouver des formes d’écriture non-documentaire – farces, choeurs contemporains, textes musicaux.

En 2011, il reçoit l’aide à la création du CNT pour T.I.N.A. – Une brève histoire de la crise, créé par la compagnie Cassandre, en 2012. Ce texte est sélectionné et mis en lecture par de nombreux comités – bureau des lecteurs de la Comédie Française, collectif À Mots Découverts, Influenscènes, CDN d’Angers, CDN d’Orléans, scène nationale L’apostrophe (Cergy-Pontoise), théâtre de l’Éphémère (Le Mans), les Actuelles XVI – TAPS (Strasbourg). Il est « coup de coeur 2013 » du comité de lecture du Panta Théâtre (Caen).

Certains de ses textes sont traduits en catalan, en anglais, en espagnol, en hongrois ou en grec.
Des extraits de Terres Closes sont publiés dans le numéro 2 de la revue Le Bruit du monde.

Parallèlement à l’écriture, Simon Grangeat développe de nombreuses actions autour de la lecture et de l’écriture du texte contemporain. Il développe notamment depuis 2010, la partie régionale du prix Collégien de Littérature Dramatique (Collidram), organisé nationalement par l’association Postures.
(2015)

Participation au Jamais Lu :
Voilà qui nous sommes, soir de scotch n°7 (2015, 14e Festival du Jamais Lu)

Photo: Emile Zeizig